Archives de Catégorie: Sales gosses !

Le BABY BINGO

Alors que ma fille me crachouillait allègrement sa purée brocolis/courgettes au visage, j’ai réalisé à quel point les bébés ils font tout pour nous rendre dingues et qu’à cause d’eux il nous arrive toujours des trucs pourris.

J’ai donc pensé à ces petites choses dont ils ont le secret et tenté de les réunir sur une plaque de Bingo, le but étant de faire des lignes, voire de remplir la grille.

Voici donc mon « BABY BINGO ».

(vous remarquerez la magnifique image que j’ai fait de mes mains, oui Madame, je sais, ça impressionne.)

baby_bingo

1 commentaire

Classé dans Sales gosses !

Manipulations

Il y a quelques temps, je me souviens avoir parlé sur la page Facebook du Baby Blog de Doctissimo (si un jour tu me cherches, y’a de grandes chances que j’y sois, c’est un peu ma 2ème maison) on parlait donc de manipulation positive comme « technique » pour obtenir quelque chose de nos enfants sans se fâcher ou sans punir. Plusieurs personnes ont été un peu choquées de l’emploi du mot « manipulation » qui me parait pourtant parfaitement adéquat. A partir du moment où je dis quelque chose dans le but d’obtenir quelque chose, c’est de la manipulation. Positive, parce que c’est pour faire avancer les choses, éviter le conflits.

Depuis que j’ai découvert la communication non-violente, notamment avec la lecture de « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » de Faber et Mazlish, je pratique énormément la manipulation positive avec mon fils.

Je vous vois horrifiés, no panic. Il ne s’agit pas d’implanter dans son cerveau des idées qui n’y étaient pas, ou de lui donner une irrépressible envie d’adhérer au Front de Gauche (quoique), mais plutôt de l’amener en douceur vers ce que de toutes façons je lui aurais demandé, et ainsi éviter les négociations et conflits.

Par exemple, ce que j’utilise le plus, c’est le faux choix. C’est à dire qu’au lieu de lui demander de faire quelque chose, je vais lui faire croire que je lui laisse le choix alors que pas du tout.

En temps normal, ça aurait été :

– On passe à table tu viens manger ?

– Non je veux pas

– Si, viens manger !

– Non je veux pas !

Il s’énerve, je m’énerve, plus je m’énerve plus il se braque. Plus il se braque plus je m’énerve. Au final on se fâche, il ne passe à table que 15 mn et une grosse crise plus tard, et tout le monde fait la tronche.

Avec la méthode du faux choix, ça donne :

– On passe à table tu viens manger ?

– Non je veux pas

– Tu préfères manger avec ta fourchette bleue ou avec la fourchette blanche ?

– La bleue !

Il choisi la bleue, il passe à table, il mange.

Hop, manipulation ! Et j’ai même pas honte.

Bon des exemples comme ça j’en ai à la pelle, parce que depuis un an qu’on a découvert et qu’on pratique l’ENV (éducation non violente) on use et on abuse de ces petits trucs hypra simples, mais qui nous permettent à tous de vivre dans le calme et le respect de chacun.

Mais faut pas croire. Nous on a l’impression qu’on découvre ça complètement. Mais c’est qui ceux qui maîtrisent depuis toujours l’art de la manipulation positive ? Qui arrive à nous faire faire n’importe quoi d’un claquement de doigt ? Oui, nos gosses. Et en plus, ils l’ont même pas appris dans les livres. C’est inné chez eux. Les fourbes.

Oui, l’enfant est fourbe. Tu crois que c’est toi qui contrôles, et puis d’un coup tu réalises que t’es en train de lui mettre Gulli alors que t’avais dit et répété « Quand je dis non, c’est non ! ». Le parent est faible, le parent n’a aucune fierté, et ne parlons même pas de sa dignité, il l’a perdue le jour où il s’est fait vomir dessus la première fois.

J’ai réalisé ça avec effroi y’a seulement quelques jours. Oui, je suis un peu lente à la détente. Mais que veux-tu, c’est mon premier, j’avais encore un peu d’espoir.

La semaine dernière donc, on passe une journée éreintante. Loulou chiant, moi super pas réceptive, et au final j’étais pas mécontente qu’il aille se coucher. Je l’accompagne, lui lis une histoire. Je m’apprête à quitter la chambre, quand il me réclame un bisou. Je lui donne, je me relève. Là il réclame un câlin. Je recommence. La 3ème fois, il veut boire. Là, « ah non ! ça fait 3 fois que je me lève, maintenant tu dois dormir ! »

Il se met à chouiner, j’ai pas envie qu’il s’endorme en pleurant, je vais le voir, lui demande d’arrêter de demander des trucs toutes les 2 secondes. Je garde mes yeux un peu fâchés histoire qu’il voit que quand même, faut pas abuser.

Là, le fourbe, il me fait un grand sourire et me dit « allez Maman, te fâche pas. Fais un sourire comme moi. »

Evidemment je souris et j’éclate de rire. Je suis plus fâchée du tout. Il est content. Et il en profite pour me redemander son verre d’eau. « Mais oui tout de suite mon coeuuuuuuur ».

Le parent est faible. Et l’enfant est fourbe.

Rendez-vous sur Hellocoton !

14 Commentaires

Classé dans Sales gosses !