Archives de Catégorie: Père(s)

Des paternités

Mercredi, j’ai regardé Babyboom. J’avais pas aimé l’année dernière, et puis finalement j’ai déposé mon regard de connasse aigrie dans un coin, et j’ai regardé avec les yeux de la nana qui a accouché il y a pas 3 mois et j’ai fait comme tout le monde, j’ai chouiné.

Il y a une scène particulièrement qui a beaucoup fait parler. On y voit un jeune couple, la maman qui vient juste de mettre au monde le bébé, et le papa, visiblement très ému, très sensible, qui dit qu’il ne veut pas que sa femme allaite leur bébé.

Il semble y être très opposé, il dit que l’allaitement l’empêchera d’avoir une relation avec son bébé, qu’il veut pouvoir donner le biberon pour pouvoir lui aussi participer à ça et créer des liens. La maman veut essayer quand même de donner la tétée d’accueil, le papa repousse le bébé qui rampe vers le sein maternel. En interview, la jeune mère dit que l’allaitement ne lui convient pas, mais on sent qu’elle veut surtout faire comme souhaite son mari, on la sent un peu contrainte.

Forcément, ça suscite des réactions. Je vois à droite et à gauche des personnes qui se disent choquées, qui disent de ce papa qu’il est un gros nase, qu’il est nul, etc, etc…

Moi je regarde ça avec mon homme, et je me dis qu’on se plante complètement de cible, et de problème.

Et je me dis que peut-être que nous, là, installés dans nos canapés, on se permet de juger cet homme, et qu’on a aucune idée de la vie de ce couple. On a aucune idée du vécu ou du passé de ce papa. On en sait rien de ce qu’il vit, de pourquoi il est comme ça, de pourquoi il a si peur de ne pas avoir de lien avec son enfant.
Si on se disait que peut-être ce monsieur il a été abandonné par son propre papa. Peut-être qu’il a été battu, ou peut-être qu’il a été mal aimé, ou pas aimé du tout. Ou peut-être même rien de tout ça. Mais au fond, on s’en fout, parce qu’on en sait rien.

J’ai commenté en ce sens des publications sur Facebook de personnes qui se disaient choquées des propos et des gestes de ce papa.

Je repensais à mon homme, qui a tout de suite été d’accord pour que j’allaite notre fille. Mais quand il a lu les commentaires des gens qui s’en prenaient à ce tout jeune papa, il en a eu les larmes aux yeux. Parce que lui aussi, il a peur. Il travaille beaucoup et voit notre fille beaucoup moins que moi. Quand il se lève on est parties accompagner le grand à l’école, quand il rentre elle est déjà au lit. Et pour un papa si présent, si impliqué, et qui veut tellement avoir une place dans la vie de sa fille, c’est très dur à vivre.

Bien sur qu’il y a d’autres moyens de créer un lien, on le sait, nous. Mais le fond du souci, c’est que LUI il le sait pas. Il a été un peu autoritaire, très maladroit. Mais j’ai avant tout vu un jeune papa très ému et très sensible. Et surtout très angoissé.

Je vois qu’on dit de lui que c’est le genre à dire aux personnes qui allaitent en public d’aller se cacher aux toilettes, ou qu’il a un regard malsain sur l’allaitement, que pour lui le sein doit surement n’être qu’un organe sexuel.

Je suis intimement persuadée qu’on se gourre mais alors complètement.

Ce papa, il est en train de dire qu’il a peur. Il est en train de dire qu’il est très concerné par sa relation avec son fils, qu’il veut être un papa et pas seulement un père, qu’il veut du lien, de l’affect, de l’amour.

Il dit qu’il a peur de ne pas trouver sa place, qu’il a peur peut-être que ce bébé ne l’aime pas.

Son problème à lui, c’est pas l’allaitement, c’est son rapport à son bébé. Et ça n’a absolument rien à voir.

Oui, il a tort de refuser catégoriquement, oui il a tort d’imposer à sa femme, oui il a tort de vouloir la dissuader en lui parlant de ses seins qui ne seront plus jamais pareil.

Ce n’est pas parce que c’est un homme qu’il a forcément un oeil mauvais sur l’allaitement.

On est en train d’incriminer un homme qui parle seulement de ses sentiments, de ses angoisses profondes. Qui exprime ce qu’il a sur le coeur et qui veut seulement être le papa de son fils.

Et vouloir être présent, et être capable d’exprimer ses angoisses, j’ai tendance à trouver ça plutôt sain.

 

 

 

Publicités

5 Commentaires

Classé dans A l'instant, Où il est question d'amour, Père(s)