Haunted

2h du mat passées et je suis toujours éveillée. Je tourne en rond en attendant le sommeil. J’ai déjà regardé 2 films, j’en cale un 3ème. N’importe quoi, pourvu que le bruit couvre les sons qui courent dans ma tête. Je mets des films tous les soirs, pas pour les regarder, pas parce que ça m’intéresse, mais pour couvrir le bruit. Faire diversion. Empêcher les échos de trop résonner sous mon crâne.

Entre 2, les images qui reviennent. Des pensées qui me hantent. Me tourmentent. J’essaie de leur échapper, vraiment, je secoue la tête en me disant que je suis ridicule. Que les petits vont se réveiller bientôt, que je devrais vite dormir au lieu de me prendre la tête pour rien. Pour le passé. Je force de nouvelles images à remplacer les laides. Je pense à ce qu’il faudra faire demain, aux décos de Noël à préparer, aux cadeaux qu’il reste à faire. Mais rien n’y fait et comme un truc magnétique un peu malsain ça revient encore. Plus fort et plus vite. Alors j’arrête de lutter et je me lève. Et j’écris. J’ai envie de lui écrire à lui, l’homme couché à côté de moi. J’ai envie qu’il sache tout ça, qu’il comprenne, qu’il voit. Mais je me retiens et j’écris ici, dans le vide ou l’infini, je sais pas trop. A personne et à tout le monde, à moi surtout, et surtout pour que ça soit ailleurs que dans ma tête.

J’ai lu une fois que quand on faisait un cauchemar, il fallait dessiner l’objet de sa peur. Et puis froisser la feuille, et y mettre le feu. C’est sûrement un peu ce que je fais ici. De toutes façons je sais pas dessiner.

Il va falloir que je trouve une autre solution que d’enchaîner les films pourris. Les enfants eux ils s’en foutent que t’aies pas dormi. Ils veulent leur biberon quand ils se lèvent, et une maman en forme pour faire des câlins, décorer le sapin, faire des gâteaux et essayer le nouveau vélo.

En vrai j’ai peur.

Mais pas une peur concrète, pas une peur rationnelle. Je suis encore hantée par des instants du passé qui m’ont touchée, blessée. Je voudrais tant qu’il comprenne à quel point j’ai eu mal et à quel point la blessure est pas fermée. Mais aussi à quel point je lutte pour la refermer au plus vite. Comme une putain de gangrène malgré tous les soins que j’apporte. Par moment comme ce soir, je suis d’un coup pleine de haine et j’ai juste envie de lui crever les yeux à cette connasse. Et puis je me dis et puis merde, on va bien et on est bien et c’est ce qui compte. Et fuck les connasses et fuck les emmerdes et fuck les jaloux et les vilains pas beaux.

Moi je t’aime et toi tu m’aimes et tous les deux on avance ensemble. Je sais pas pour combien de temps et je veux pas savoir.

Et lui il dort toujours à côté de moi et moi ça va un peu mieux. J’ai toujours la haine mais j’ai moins la rage. Je vais chercher un nouveau film parce que mine de rien ya encore pas mal de boucan sous mon crâne.

Publicités

1 commentaire

Classé dans A l'instant, Ecrire

Une réponse à “Haunted

  1. babidji

    Je passe à peu près les mm nuits que toi, pas pour les mm raisons ( moi je lutte contre moi mm … personne ne l’a provoqué )et sans film ms à jouer à des jeux débiles sur des applis pour me vider la tete. Une fois au lit je recogite … Bon courage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s